« Qui nous garde, qui nous protège et de quoi ? Si nous nous retournions sur le chemin – mais ce geste est impossible -, nous verrions que notre ombre s’attarde loin de nous, que d’autres ombres l’accompagnent et la veillent. Ce livre, Hélène, je l’ai écrit avec toi, dans l’éternité de tes quatre ans. Entre le corps et son ombre, entre l’âme et le feu qui demain la mangera toute. La matière de ces pages est celle de l’air dans les arbres, du silence sur les terres et des lumières sur les eaux. »